SEANCE PLENIERE

COMMUNICATION

Jeudi 25 Juillet 2024
14H30
Académie Malgache, Tsimbazaza

programmes:

— M. RAFOLO ANDRIANAIVOARIVONY. Archéologie et bâtis funéraires à Antananarivo. Étude de cas. (Essai d’un discours des vivants sur les morts et d’un discours des morts aux vivants).

Les peintures rupestres dans les grottes archéologiques de Madagascar.

RADIMILAHY Marie de Chantal, TANAMBELO Rasolondrainy Reinaldo

250 Les sites avec des peintures et gravures rupestres préhistoriques abondent en Afrique, continent mère, dont Madagascar est à peine séparé de 400 km. Toutefois, aucun site d'art rupestre ancien n'a été étudié de manière systématique à Madagascar jusqu'en 2010. Le manque d'intérêt pour cet aspect était dû au modèle erroné qui considérait les Africains comme incapables de traverser le canal du Mozambique dans le passé. La découverte de sites d'art rupestre à Madagascar depuis 2010 a cependant changé ce récit, d’autant plus que les recherches paléontologiques et archéologiques font remonter à près de 4500 à 6000 ans avant le présent la présence d’humains dans l'ile. Peu de sites de peintures rupestres ont été et continuent d'être signalés à Madagascar. La présentation actuelle abordera les questions de la recherche sur l'art rupestre malgache.

Mots-clés:

28/03/2024


L’EGLISE CATHOLIQUE, PARTENAIRE POUR LE FONCTIONNEMENT RATIONNEL D’UN ETAT SOUVERAIN.

RAMANANDRAIBE Jean-Louis, RAZAFIARIJAONA Jules, RATONGAVAO Charles Raymond

129 L’Eglise catholique et l’Etat sont deux institutions déterminantes dans la société malgache. Tous les deux ont l’ambition de contribuer au bien-être de la société, malgré leur statut respectif. Si l’Etat se spécifie dans le domaine temporel, l’Eglise priorise le spirituel. Les deux entités - Eglise et Etat- entretiennent des rapports teintés de méfiance ou parfois conflictuel, liés à leur nature bien différente. L’Eglise a tendance à imposer sa doctrine à l’Etat et ce dernier réclame son autonomie effective pour pouvoir exercer librement ses responsabilités régaliennes. Le problème de la laïcité se pose ainsi. Pour résoudre cette problématique paradoxale, le cas de laïcité à variante malgache avance des éléments de solution possible. Les communiqués des évêques catholiques en donnent des valeurs référentielles, telles que le bien commun, les droits humains, la justice et la paix sociale, le développement humain intégral. Ils insistent aussi sur la promotion des repères identitaires malgaches tels nyfihavanana, nyfanahy maha-olona, etc.En agissant ainsi, les autorités épiscopales catholiques font preuve de leur volonté de contribuer à la promotion d’une organisation sociétale compétente, vécue dans une « collaboration volontaire ». Mais quand il le faut, l’Eglise doit jouer le rôlede garde-fou de l’Etat, voire de balise éthique. Si bien que l’Etat, en tant que détenteur du pouvoir politique, a intérêt àtirer profit de cette opportunité pour assurer ses fonctions régaliennes. N’a-t-on pas ainsi un exemple manifeste d’un Etat souverain, entendu dans le sens d’une autorité politique qui incarne le pouvoir suprême du peuple1 et capable de décider tout seul2? Ce travail privilégie la méthode diachronique et comparative institutionnelle. Le résultat escompté est de montrer que la présence effective de ces deux institutions -Etat et Eglise- assurent le bon fonctionnement d’une institution politique souveraine. C’est une manière de promouvoir le bien-être de la société. Pour mieux cerner le travail, nous nous référons au cadre chronologique, allant de 1960 à 2010.

1DERATHE (R), (1995), Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Ed. Vrin, Paris, p. 233 2Cf. Communication dans le cadre d’un Colloque international en Commémoration du 75ème anniversaire des évènements du 29 Mars 1947, du 30 Juin 2022 au Siège de l’Académie Malgache, Tsimbazaza, Antananarivo

Mots-clés:la laïcité, l’Eglise, l’Etat, la souveraineté

09/02/2023